top of page
Rechercher

Les enveloppes de l’Être, les Kosha

je vous propose la lecture d'un texte extrait du livre B. K. S. Iyengar, la voie de la paix intérieure, où il nous parle de nos différents corps et de l’importance d’un fonctionnement harmonieux entre ces corps.


Le yoga identifie cinq niveaux différents, qui sont des fourreaux ou des enveloppes de l’Être.

Ces enveloppes subtiles doivent être complètement intégrées en harmonie les unes avec les autres pour que nous parvenions à la complétude.

Lorsqu’elles sont en dysharmonie, elles deviennent souillées, comme un miroir qui reflète les images ternies du monde sensoriel et sensuel.

Le miroir reflète ce qui est dans le monde autour de nous au lieu de laisser rayonner la claire lumière de l’âme intérieure.

La vraie santé exige non seulement le fonctionnement efficace de l’extérieur physique de notre être, mais aussi la vitalité, la force et la sensibilité des niveaux intérieurs subtils.


Pour la plupart d’entre nous, notre corps est simplement notre forme physique– notre peau, nos os, nos muscles et nos organes internes.

Pour le yoga, cependant, le corps n’est que la couche la plus extérieur de l’être -Annamaya Kosha. C’est ce corps anatomique qui englobe les quatre autres corps subtils.

Les Kosha, les enveloppes, sont comme les couches d’un oignon, ou comme des poupées russes, emboîtées les unes dans les autres.

Ils comprennent notre corps énergétique Pranamaya Kosha, notre corps mental Manomaya Kosha, notre corps intellectuel, Vijnanamaya Kosha et enfin notre corps de félicité ou notre âme,  Anandamaya Kosha. Lorsque ces corps, ou enveloppes, sont mal alignés ou en désaccord les uns avec les autres, nous rencontrons inévitablement l’aliénation et la fragmentation qui perturbe tant notre monde. Par ailleurs, quand nous sommes capables de faire en sorte que les différentes enveloppes de notre corps se trouvent dans un alignement et une harmonie mutuelle, la fragmentation disparaît, l’intégration est réalisée et l’unité s’établit.

Il est essentiel que le pèlerin du voyage yogique comprenne l’importance de l’intégration et de l’équilibre des Kosha.

Le corps mental et intellectuel, par exemple, doivent fonctionner efficacement pour que nous puissions observer, analyser et réfléchir sur ce qui se produit dans le corps physique et énergétique et faire certains réajustements.

En d’autres termes, le corps physique n’est pas une chose séparée de notre esprit et de notre âme. Nous ne sommes pas censés négliger ou nier notre corps et nous n’avons pas non plus à devenir obsédé par notre corps, notre soi mortel.

Le but du yoga est de découvrir notre Soi immortel. La pratique du yoga nous apprend à vivre pleinement –physiquement et spirituellement–en cultivant chacune des différentes enveloppes.

Nous devrions les imaginer se fondant l’une dans l’autre comme les couleurs de l’arc-en-ciel.

L’Être humain est un continuum – il n’y a pas de frontières tangibles entre les Kosha, de même qu’il n’y a pas de frontières entre le corps l’esprit et l’âme.


Si vous vivez et pratiquez le yoga de manière juste et avec l’attitude juste, des bienfaits bien plus grands et des changements bien plus radicaux que la simple souplesse physique se produiront.

Il n’y a pas de progrès vers la liberté ultime sans transformation, et c’est là le problème essentiel dans la vie de tout le monde, que nous pratiquions le yoga ou pas. Si nous pouvons comprendre comment notre esprit et notre cœur fonctionne, nous avons une possibilité de répondre à la question: « Pourquoi est-ce que je continue à faire les mêmes vieilles erreurs ? »…


B.K.S. Iyengar, La voie de la Paix Intérieure, Libérez le potentiel créatif de la vie, aventure secrète, J’au lu, 2005, pages 27-30,

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page