top of page
Rechercher

Séminaire avec Willy Van Lysbeth

Samedi 17 décembre 2022 matinée SPYB avec Willy Van Lysbeth


Dans son introduction, il a parlé de l’immobilité et de la gestuelle intégrant nos cinq corps (Koshas) qui sont: corps physique, corps énergétique, corps mental, corps de la connaissance et corps de la félicité.

A travers ces cinq corps, il a proposé d’explorer les paradoxes tout au long de la matinée:

Danser/ Immobile,

Dormir/ étant éveillé,

Mélopée/silencieuse.

C’est une invitation à jouer avec la réalité.

D’autre part ce paradoxe peut être d’aller explorer les limites du souffle, en allant chercher la pause respiratoire à poumons vides, c'est respirer sans respirer.

La suspension du souffle amène une toute autre perception interne, c’est une manière d’activer, d’accentuer la perception à travers la fonction respiratoire.


Travailler sur les paradoxes comme la  veille et le sommeil ou l’intérieur et l’extérieur, nous ramène selon lui à une pratique en lien avec le Tantra, c’est le lien à l’intérieur de moi, mais aussi le lien à l’autre. Nous cherchons un contact avec notre intérieur.

De manière concrète, c’est introduire du viscéral autant que du musculaire et de l’articulaire dans notre pratique.

Développer un registre d’expériences qui permet de travailler dans le corps avec des sensations motrices. Il y a les moments où je fais une action, les moments d’immobilité où je ressens ce que je fais et je retourne dans l’action. C’est un travail sur notre mémoire immédiate, prendre le temps de sentir quelques secondes puis refaire le geste.


Faire - Sentir - Sentir que je refais - Refaire


Après un geste, prendre le temps de sentir l’intérieur, sensations thermiques dû au geste, c’est la thermoscopie.


L’immobilité ce n’est pas seulement arrêter de bouger, c’est un silence, une constance, un geste d’installation.


Une petite séquence allongée qui peut devenir une routine du matin:


Allongé, prendre le temps de dérouler la colonne vertébrale au sol, jambes pliées, dos de mains collés les mains tendus entre les cuisses, commencer à dérouler la colonne. Prendre la tête dans les mains avant de la poser au sol et placer l’arrière de la tête au sol. S’allonger.


Une fois dans la position allongée, je ramène les 2 pieds au sol proche des fessiers.

Je laisse les pieds se soulever, les genoux reviennent vers le thorax les deux mains sont posées à plat paumes demain vers le sol d’un écart de 30 % par rapport au corps.

Je laisse les deux genoux bien collés l’un contre l’autre, les chevilles les pieds sont relâchés et là je commence un mouvement circulaire très très très petit et ce mouvement circulaire va peu à peu devenir une spirale pour s’agrandir progressivement.

Je vais essayer d’amener mes genoux le plus près possible du sol toujours dans un mouvement circulaire.

J’inverse le mouvement de la spirale en réduisant ce mouvement, je reviens à un mouvement de plus en plus petit je m’arrête.

Je ressens, je peux prendre le temps d’imaginer le mouvement dans l’autre sens.

Je reprends le mouvement dans l’autre sens très petit au départ puis j’agrandis peu à peu le mouvement circulaire.

Ce mouvement devient de plus en plus petit et je l’arrête. Je ressens.


Je pose le pied gauche au sol, mouvement circulaire du genou droit vers l’extérieur vers le thorax vers l’intérieur, grand mouvement circulaire. Je répète le mouvement entre trois et cinq fois.

Je laisse le pied avec le genou ouvert à droite se déposer au sol, je glisse le pied pour allonger la jambe et là je fais un mouvement interne externe avec la jambe droite.

Je relâche, je plie les deux jambes les 2 pieds sont posés au sol.

Pied gauche qui se soulève, mouvements circulaires avec le genou gauche vers l’extérieur.

Je répète entre trois et cinq fois.

Je pose le pied au sol, genou gauche ouvert vers la gauche, je laisse glisser le pied en allongeant la jambe peu à peu.

Je fais un mouvement interne/externe avec la jambe gauche.

Je relâche.

Je ramène les plantes de pied l’une contre l’autre. Je fléchis les genoux, grande ouverture des hanches Supta Baddhakonasana. Je reste  et je ressens.


Ramener les genoux l’un contre l’autre, allonger les jambes. Mains à plat au sol. Expir monter le haut du corps et venir s’asseoir.



10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page