top of page
Rechercher

Perfectionner une âsana


Suite à un échange avec une participante, je suis allée rechercher ce que nous dit André Van Lysbeth à propos de notre évolution dans la pratique des âsanas.


Laissez-moi tout d'abord vous partager un propos de Sri Aurobindo qui nous parle de l'importance du corps dans notre pratique:

"Ce serait une erreur de sous-estimer la valeur et la signification de notre corps physique...

Le corps est la scène sacrée où se déroule une pièce d'une profondeur indescriptible. Et c'est pour cette raison que la connaissance, ou ce qui est plus et mieux, l'expérience consciente de ce corps est d'importance primordiale pour le Yogi et pour tous ceux qui veulent suivre le chemin de la méditation." Sri Aurobindo


Dans son livre "Je perfectionne mon Yoga" A. Van Lysbeth explique ce qui signifie pour lui "se perfectionner":

Perfectionner son yoga ne signifie nullement le compliquer, ni l'acrobatiser. Perfectionner son yoga c'est le rendre plus vrai, plus efficace. Perfectionner une âsana (posture), c'est l'exécuter de manière à ce qu'elle réponde à ce que nous dit Patanjali dans les Yogas Sutras "Installer un espace bienheureux dans lequel on peut rester immobile longtemps et sans effort."


Nous allons reprendre ces termes un à un (immobilité, durée, effort):


L'immobilité: Installer une immobilité absolue, excluant tout mouvement parasite aussi minime soit-il , seule une immobilité absolue permet de s'abandonner à l'âsana, de la laisser agir sur le corps, dans le corps. Ne pas "faire " des âsanas, mais les laisser "se faire". Notre attitude n'est plus active, elle est réceptive.

Cette immobilité s'étend peu à peu au mental, une séance de yoga est un dialogue silencieux avec son corps pour l'établir il ne suffit pas de rester immobile et de laisser le mental vagabonder, tel un petit singe fou sautillant de branches en branches. L'immobilité physique accompagne et facilite l'immobilité mentale qui s'établit grâce à l'absorption de la conscience dans l'observation de la respiration. Le va-et-vient du souffle s'impose alors à la conscience et devient le seul mouvement perceptible dans le corps.


La durée: Le perfectionnement des âsanas implique un travail dans le sens de l'accroissement de la durée de maintien de chaque posture. Il faudrait inhiber tous les mouvements corporels jusqu'à ce que le corps ait accepté l'âsana et l'immobilité, jusqu'à ce que le corps n'éprouve plus le désir de bouger.

Si l'on manque de temps, il est préférable de réduire le nombres d'âsanas plutôt que d'en accélérer l'exécution.


L'absence d'effort: C'est l'ultime critère pour perfectionner la pratique des âsanas. Tenir longtemps, oui! Immobile, certes! Mais aussi et surtout sans effort: tant qu'un effort est nécessaire pour réaliser une âsana et la tenir, elle n'est pas maîtrisée.

Cette absence d'effort est à la fois physique et mentale, elle est liée la relaxation dans la posture. Une fois installé.e dans la phase statique de la posture, on veille avec soin à relaxer tous les muscles dont on prend conscience et à laisser s'étirer passivement ceux sur lesquels l'âsana porte de manière plus spécifique.


Ces critères de perfectionnement permettent de perfectionner la pratique des âsanas sans devoir en ajouter de nouvelles dans une série et sont accessibles à toutes et tous les adeptes quels que soient leur âge, leur degré de souplesse et leur entrainement.


Lorsque l'adepte se trouve immobile, longtemps, sans effort et que son mental est absorbé dans le souffle, une euphorie particulière se manifeste. Cette euphorie indique que cet état de fusion totale est réalisée où il n'y a plus d'élément perturbateur qui atteint l'adepte que ce soit sur le plan physique, intellectuel ou émotionnel.

Cette harmonisation heureuse englobe à la fois le psychisme et tout le corps physique ainsi le Hatha Yoga acquiert sa véritable dimension.






46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page